Flux RSS

Mise à jour du 12/06/2015

Publié le

Licence Creative Commons

Tous les écrits listés ci-dessous sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues en écrivant à l’auteur via la page Contact.

Mémoire

Présentation

Compte-rendu

Publicités

Master – année 1 : Conclusion

Publié le

Déjà 10 mois que j’ai repris le chemin des bancs universitaires. Ces deux derniers mois ont été très intenses : un stage à effectuer, de nombreux dossiers à rendre, un partiel à passer et surtout un mémoire à écrire ! Après avoir rendu mon mémoire mi-mai, j’ai rendu mon dernier compte-rendu vendredi dernier, j’ai ainsi une petite semaine de répit avant de passer mes soutenances de mémoire et de stage lundi prochain, 8 juin. Si je reprends le fil de mon année, voici les différentes remarques qui me viennent à l’esprit.

Mes cours

J’ai apprécié reprendre les cours, et les thèmes abordés cette année étaient dans l’ensemble intéressant. Ces cours m’ont également permis de mieux définir les sujets qui m’intéressent pour mes futures recherches. J’ai ainsi particulièrement aimé suivre les cours suivants :

  • Archéologie du livre imprimé
  • Latin
  • Historiographie
  • Histoire de la Renaissance
  • Histoire de la Médecine de la Renaissance
  • Etudes italienne / Littérature et civilisation italiennes
  • Sciences, savoirs et techniques
  • Philosophie de la Renaissance

Les évaluations étaient cependant éprouvantes, mener de front le mémoire et les dossiers n’a pas été chose simple. Le premier semestre a été particulièrement difficile au niveau du timing, et j’ai rectifié le tir au second semestre. J’ai du mal à travailler sur plusieurs choses en même temps, lorsque je me mets sur un sujet, j’ai vraiment toute mon attention dessus, et je n’arrive pas à me disperser, un petit dossier par ci, un petit peu de mémoire par là, ce n’est pas pour moi.

Ces dossiers ont tout de même eu le mérite de me faire écrire, avant le gros travail d’écriture du mémoire, et j’ai pu prendre quelques réflexes, notamment au niveau de la présentation et l’organisation de mes idées. Cela permet également de donner un aperçu de mon travail, même si lorsque je relis les travaux effectués au premier semestre, je me dis qu’il y aurait tout à reprendre ! Ce n’est pas grave, ce carnet de recherche est aussi fait pour cela, suivre mon évolution.

Mes recherches

J’ai vraiment aimé écrire mon mémoire, même si cela a été fait en quinze jours. J’ai beaucoup appris durant cette période, d’un point de vue personnel et professionnel. Je supporte plutôt bien la solitude, mais j’ai également besoin de confronter mes idées ponctuellement, avec des personnes qui ne comprennent rien à mes recherches mais également avec des pairs, afin d’avoir un regard plus critique sur mon travail.

D’un point de vue technique, j’ai passé beaucoup de temps à travailler un plan détaillé et des annexes organisées, j’ai écrit de façon linéaire, en commençant par les plus petites unités de contenus, à savoir les sous-sous parties dans mon cas. Je me donnais généralement comme objectif d’écrire une sous partie par jour, c’est à dire trois sous-sous parties. Je fonctionne par unité de sens, et non par quantité. J’arrivais ainsi à écrire généralement entre 4H et 6H par jour, par période de 2H max.

Une fois les sous-sous partie écrites, formant des sous parties, elles-même organisées en parties, je me suis occupée d’écrire toutes les parties introductives et conclusives, là encore en partant de la plus petite unité de contenus, et en remontant à chaque fois d’un niveau, jusqu’à arriver à écrire les parties Introduction et Conclusion. J’ai trouvé cette démarche logique, l’aspect linéaire étant nécessaire pour mieux comprendre où ma réflexion me mène, tout en laissant les articulations pour l’étape suivante.

Je me suis également rendus compte du manque de temps concernant certaines notions. Dans les années à venir, je tâcherai d’écrire plus régulièrement lorsqu’une notion m’interpelle, afin de ne pas avoir à tout chercher au dernier moment. Les références sont un cauchemar ! Des notions tarte à la crème que jamais personne ne définit car on sous entend que tout le monde sait de quoi on parle, et pourtant il faut aller chercher les textes originaux pour expliciter ses propos dans ses travaux. Je fais aussi essayer d’utiliser un peu plus l’outil informatique, pour toutes ses références.

Italie

Les bonnes résolutions du début d’année n’ont pas duré, faute de temps disponible. J’ai relayé l’apprentissage de la langue italienne à un passe-temps, lorsque les exigences universitaires me le permettaient. J’ai beaucoup regardé la télévision italienne, et également lu en italien (dont l’ancien italien assez intensivement), ma compréhension s’est ainsi grandement améliorée. Mon expression par contre laisse vraiment à désirer. C’est pourquoi je vais consacrer mon mois de juin à améliorer mon italien, avant de partir pour Florence le 8 juillet.

Je donnerai plus de détails quant à mon année Erasmus dans la catégorie « Master – année 2« .

Pratiques professionnelles

Le site de la billetterie pour Marignan 2015 est en ligne depuis Mars dernier. Clairement, replonger dans mon ancien métier ne m’a pas donné satisfaction. J’ai pu me rendre compte que tout l’aspect commercial et marketing ne m’intéressait vraiment plus, ce qui me conforte dans mon choix d’avoir quitté ce monde pour reprendre mes études.

A l’inverse, l’expérience d’enseignement que j’ai pu avoir auprès des étudiants de Licence m’a beaucoup plu, sur un sujet en rapport avec le monde numérique pourtant. J’apprécie de pouvoir partager mon expérience avec d’autres, et de recevoir également leurs connaissances. Je garde ces compétences pédagogiques en moi, même après avoir démissionné de l’Education Nationale. J’essaye d’ailleurs de faire passer cela dans les travaux que je publie.

Et après ?

Cette année m’a permis de me rendre compte de mes points forts et mes points faibles. J’ai besoin de développer mes capacités en tant que chercheur, et d’être dirigée dans mes études par d’autres personnes ayant plus d’expérience. Il faut également que je trouve une organisation plus efficace pour mes lectures, mes références, mes citations, etc… J’ai un esprit synthétique et une bonne façon d’organiser mes contenus dans mes publications, ma maîtrise de la langue française est également bonne, même si mes années de pratique de la langue anglaise offre un style éditorial un peu trop anglicisé pour être académique. Dans les années à venir, je ne compte publier que peu de travaux en français de toute façon, la langue anglaise permettant une meilleure diffusion.

Je suis actuellement en train de remplir conjointement mon dossier d’inscription pour le Master 2 Renaissance « Genèse de l’Europe Moderne » au CESR et mon dossier Erasmus pour le Laurea Magistrale di Scienze Filosofiche à l’université de Florence. Je ne pense pas poster de notes ici avant Septembre prochain. Je continuerai à écrire en Français dans ce carnet de recherche même si mes publications sont en anglais ou italien. Bonnes vacances et à l’année prochaine !

Semaines 25 et 26 : Opportunités inattendues

Publié le

Ces dernières semaines ont été particulièrement riches sur le plan professionnel, je suis actuellement à Berlin, et j’écris cette note depuis une auberge de jeunesse près d’Alexanderplatz, je compte donc sur votre indulgence pour les erreurs typographiques.

Mes cours

Mes séminaires sont quasiment terminés, reste donc les évaluations. J’ai finalement opté pour un stage pour l’UE 8, je détaille tout cela un peu plus bas, du coup je n’ai plus besoin de passer l’oral d’Humanisme et de faire le commentaire de Philosophie de la Renaissance, ce qui m’arrange assez vu le boulot que le stage me donne.

J’ai terminé l’ouvrage pour Renaissance en question, et figurez-vous que j’ai encore changé de livre, car j’ai eu beau essayé par trois fois, impossible de rentrer dans le style de Patrick Boucheron. Finalement, j’ai donc lu en trois jours Zomia ou l’art de ne pas etre gouverné de James C. Scott, un pavé de 500 pages, qui se répète énormément, mais très intéressant. Le compte-rendu sera disponible d’ici quelques semaines dans l’onglet Publications.

Je ne suis toujours pas certaine de la forme que prendra l’évaluation pour Sciences, savoirs et techniques. A vrai dire, c’est un des séminaires où j’ai déjà une certaine avance par rapport aux sujets concernés, de par mes champs d’études pour mon mémoire, donc je ne m’inquiète pas plus que cela.

Mes recherches

Je ne vais pas vous parler de mon mémoire dans cette note, mais plutot de la suite : M2 et Doctorat. J’ai répondu à une annonce – complètement par hasard – il y a deux semaines, de la part de la Renaissance Society of America, sur Facebook, qui avait besoin de bénévoles pour leur conférence à Berlin fin mars. Ayant déjà une bonne expérience de bénévolat lors de festival, j’ai sauté sur l’occasion pour me permettre de découvrir un événement de cette ampleur.

Trois jours à la Humboldt Universitat : une après-midi de bénévolat à l’accueil contre deux jours et demi de conférences dédiées à la Renaissance, je n’ai pas regretté cette décision sur un coup de tete d’il y a deux semaines. J’ai appris tellement en quelques jours, du point de vue des connaissances mais également – et surtout – des relations humaines.

Pour etre tout à fait factuel, voici les différentes conférences que j’ai suivi :

– World Harmony and the Music of the Spheres in Renaissance and Early Modern Europe (I et II)

– Translation and the Circulation of Knowledge in Early Modern Science (I et II)

– Marcilio Ficino : Manuscript Studies (I) / Logos and the Transcendent (II)

– Renaissance Studies and New Technologies : Editing, Data et Curation (I) / Constructing Digital Research Communities (II)

– Medecine (I et II)

J’ai entendu des interventions passionnantes, qui m’ont vraiment fait réfléchir sur l’orientation de mes recherches à venir. J’ai ainsi pu me rendre compte que la communauté « Histoire des sciences » ne correspond pas vraiment à la façon dont j’envisage des études épistémologiques sur la philosophie naturelle médiévale et début Renaissance, et que je suis bien plus proche de la communauté des études philosophiques et philologiques sur le Néoplatonisme.

J’ai aussi pu faire l’expérience des qualités oratoires des chercheurs universitaires, et particulièrement leur sens de la pédagogie – ou pas. Ces trois jours m’ont permis de prendre du recul et d’avoir un regard relativement critique par rapport au monde de la recherche. Une autre façon d’aborder les choses…

Pratiques professionnelles

Grace à mon directeur de recherche, j’ai renoué avec l’enseignement, en participant à un cours de 4H sur l’utilisation des nouvelles technologies à destination d’étudiants de L2 en Histoire. C’était quelque chose qui n’avait jamais été fait auparavant, et cela a été très instructif. Cette parenthèse enseignante dans ma vie actuelle d’étudiante m’a vraiment donné envie de reprendre ce role de professeur. J’apprécie particulièrement le fait que cela ne soit pas un cours théorique mais quelque chose de pratique, des conseils méthodologiques plutot que du contenu disciplinaire. Je vais probablement reprendre ce cours afin de le structurer, et proposer ici un conducteur de séance, pour les personnes qui seraient intéressées.

Concernant Marignan 2015, mon implication dans le projet s’est transformée en stage, car cela est relativement chronophage. Là encore, il s’agit de mettre en place des pratiques qui ne sont pas vraiment implantées dans le domaine de l’Histoire. Je reprends donc ma casquette de chef de projet digital. C’est un challenge intéressant, et je pense que c’est quelque chose que j’aimerai continuer par la suite, la mise en place de projet numérique dans le cadre universitaire. J’ai déjà quelques idées, mais je sais qu’il me faudra plusieurs années avant de pouvoir espérer les concrétiser : le paradoxe d’etre une « jeune » étudiante en Histoire tout en étant une « vieille » experte du monde digital.

Semaine 20 à 24 : un peu d’organisation

Publié le

Un bon mois est passé depuis ma dernière note, mais je n’ai pas chômé !

Mes cours

Tout cela suit son cours (merci de votre indulgence), au niveau des évaluations comme prévu j’ai fait mon exposé en Littérature et civilisation italiennes sur le Traité de la Peinture et j’ai profité des vacances pour faire un compte-rendu de l’ouvrage d’Eugenio Garin Hermétisme et Renaissance.

Certes, pour l’évaluation de Croyances et pratiques religieuses, le compte-rendu ne doit pas dépasser un recto-verso, mais j’ai lu ce bouquin car il m’intéressait vraiment – pas uniquement pour l’évaluation comme la plupart du temps – donc j’ai préféré en faire une version plus complète. Il est toujours possible de réduire à un recto-verso par la suite.

Concernant mon autre compte-rendu recto-verso, à savoir Renaissance en questions, j’ai finalement opté pour un ouvrage différent, plus intéressant que mon choix initial, mais malgré tout loin de mon sujet : Conjurer la peur de Patrick Boucheron. Je me rends compte qu’il y a pas mal de monde étudiant la politique et le droit au CESR, tant dans les enseignants que les étudiants. Clairement, ce n’est vraiment pas ce qui me passionne le plus…

Niveau planning, j’ai atteint la moitié de l’objectif programmé avant les vacances de Février, à savoir terminer 2/4 évaluations. Celle pour le séminaire Sciences, savoirs et techniques semblerait être une question de cours. Je dois paraître obnubilée par ses évaluations, mais malheureusement, si je ne fais pas preuve d’une certaine organisation, je sais que je vais être inefficace au possible. Pour résumer, il me reste ainsi :

  • deux évaluations à faire avant les vacances d’Avril : deux compte-rendus
  • une évaluation à rendre au retour des vacances d’Avril : un commentaire
  • trois évaluations sous forme de partiels : deux écrits et un oral

Mes recherches

Et bien j’ai pas mal avancé ! J’ai terminé de trier les occurrences dans les deux tomes des Carnets, et fini de catégoriser le Tome 1 sur l’ordi. On ne dirait pas comme ça, mais ça prend un temps monstrueux ! Catégoriser ses citations m’a permis de développer quelques pistes de réflexions quant à l’organisation de mon mémoire. J’en suis là pour le moment, de simples pistes, rien de bien concret, pas de plan, ni de grands thèmes, c’est encore flou tout ça. Je vais attendre de catégoriser le deuxième tome pour me pencher vraiment sur une ébauche de plan.

Je suis plutôt dans une bonne période là, absolument pas stressée malgré la masse de travail à venir, les vacances m’ont permis de me reposer, et du coup les idées viennent tranquillement. Je suis déjà en train de penser à mon sujet de recherche pour l’année prochaine, en essayant de le raccrocher si possible à un sujet de thèse pour mon doctorat. Je vous en parlerai le temps voulu, c’est en train de mûrir doucement.

Italie

On va commencer par les aléas de la vie, j’aurai du partir dix jours à Florence durant les vacances de Février, mais une sciatique la veille du départ a quelque peu changé les plans. Ce repos m’a été bénéfique finalement, mais j’ai tout de même été déçue de ne pas avoir un avant goût de la vie florentine. J’ai malgré tout trouvé un logement pour mon année Erasmus, non pas à Florence mais à Fiesole, sur une colline surplombant la ville. Et mon billet est acheté, je pars le 8 juillet !

Niveau Erasmus, mon dossier est fait, je vois le coordinateur cette semaine pour lui remettre. Je ne sais pas trop encore quel cursus suivre à l’université l’année prochaine, car ce sera en fonction de mon sujet également. Il va falloir que je discute de tout cela avec mon directeur de recherche. J’aimerai profiter d’être sur place pour faire des recherches spécifiques.

Pratiques professionnelles

Ça bouge pas mal de se côté là aussi, notamment avec Marignan 2015, projet auquel je collabore un peu plus activement depuis quelques semaines. Je participe ainsi à la mise en place d’une billetterie en ligne pour l’événement, mais également à l’élaboration d’un programme de publication sur les réseaux sociaux, ainsi que quelques propositions ici et là pour la communication digitale.

Si les propositions sont retenues, je serais probablement bien occupée sur le net avec ce projet, d’où l’importance d’une bonne organisation pour ne pas se laisser déborder.

Semaine 17 à 19 : Démarrage rapide

Publié le

Déjà trois semaines que les cours ont repris, et j’ai été bien occupée, avec des petits coups de stress, notamment en ce qui concerne Erasmus. J’ai également eu les résultats de mon premier semestre, et je suis contente, quasiment 15 de moyenne, ça me conforte dans mon choix de reprendre mes études.

Mes cours

J’ai commencé la plupart de mes cours, et pour éviter la mauvaise surprise de Décembre avec tous ses dossiers, cette fois je me renseigne dès le début du semestre sur les modalités d’évaluation.

Latin : on est passé au niveau supérieur, mais ce n’est pas pour me déplaire. Toujours en compagnie de notre ami Marsile Ficin. Je me rappelle pourquoi j’aimais autant le Latin il y a dix ans. J’adore la version !

Évaluation : comme le semestre dernier, ce sera un examen sur table de trois heures.

Renaissance en questions : le cours n’est vraiment pas passionnant, il reprend des choses que nous avons vu le semestre dernier lors du séminaire d’Historiographie (certes nous n’étions que dix mais quand même). C’est désagréable d’avoir la sensation de perdre son temps ainsi, et surtout de se dire que les profs ne se concertent pas entre eux pour le contenu de leurs cours. Ce cours est dispensé par deux enseignants. Là aussi, la personnalité du prof joue, et je dois dire que je n’apprécie pas plus que cela notre premier intervenant.

Évaluation : un compte-rendu recto verso d’un ouvrage à choisir dans une bibliographie. J’ai opté pour Les arts de gouverner Du regimen médiéval au concept de gouvernement par Michel Senellart, pour la simple raison qu’il était disponible à la bibliothèque du CESR. Aucun bouquin ne rentrait dans mon domaine de recherche, et la politique n’est vraiment pas ma tasse de thé. De plus, tous les livres proposés étaient monstrueusement épais, celui-ci fait 300 pages, c’est un moindre mal.

Patrimoine en questions : contrairement au séminaire précédent, les cours de celui-ci sont particulièrement intéressants, et posent des questions sur la notion de patrimoine au sens large. Ce cours est dispensé par quatre enseignants. Le premier intervenant est un très bon orateur, philosophe de formation et ça se sent. J’ai beaucoup apprécié ses deux cours. J’attends de voir la suite sur les questions de patrimoine écrit et patrimoine immatériel.

Évaluation : le séminaire est organisé en trois séquences de deux séances (ah les souvenirs de préparation de cours !), l’évaluation consiste à choisir une des séquences et de produire un compte-rendu critique de 10 000 à 12 000 signes. Je pense choisir cette première séquence qui m’a vraiment captivée sur les problématiques soulevées par la notion de patrimoine.

Littérature et civilisation italienne : le gros morceau de mon semestre, 24H de cours. Ce séminaire s’intéresse à la transmission de la culture italienne dans les pays francophones, notamment à travers l’écrit. Cela englobe pas mal de chose, la notion de culture au sens large, la langue, les idées, la réflexion sur la construction d’une culture, bref, ça me plait bien.

Évaluation : une présentation orale d’un objet d’étude ayant un lien avec nos recherches et l’intitulé du séminaire. J’ai choisi d’étudier Le traité de la peinture de Léonard de Vinci, qui présente de nombreux intérêts, sur le plan philologique notamment, puisqu’il fait partie de ses ouvrages créés post-mortem à partir de notes de l’auteur.

Croyances et pratiques religieuses : le séminaire est à la fois intéressant et décevant. J’avais hésité à le prendre, ayant reçu une culture religieuse chrétienne au sein de ma famille, et par la suite étudié la culture anglophone jusqu’en Licence, j’ai de bonnes bases question religions catholique, protestante et anglicane. Du coup, le contenu du cours est intéressant, mais finalement, j’aurai très bien pu lire des bouquins sur le sujet, en cas de besoin spécifique, et le résultat aurait été le même. Dommage.

Évaluation : un compte-rendu recto verso sur un livre de notre choix en rapport avec le sujet du séminaire. J’ai opté pour Hermétisme et Renaissance d’Eugenio Garin, vu que je lis pas mal sur l’hermétisme en ce moment. Il faut également faire une présentation orale à deux d’un épisode de la Bible, illustré par des représentations iconographiques. Mon groupe passe lors du dernier cours, donc il faudra attendre de voir les présentations des autres groupes pour choisir notre sujet, histoire de ne pas faire de la redite. Je pensais peut-être étudier l’épisode du buisson ardent.

Philosophie de la Renaissance : séminaire très intéressant sur la notion de libre-arbitre, et notamment articulée avec la théologie chrétienne. Nous étudions des textes, et l’enseignant est particulièrement limpide dans ses explications. Moi qui n’avait pas fait de philo depuis des années, j’apprécie vraiment la façon dont il organise les différentes étapes de la réflexion de l’auteur, pour nous amener à comprendre son raisonnement.

Évaluation : je n’ai pas encore de détails, mais il s’agira d’un écrit, probablement sur un texte philosophique. J’en saurai plus lors des prochaines semaines.

Humanisme : un séminaire sur la querelle entre des auteurs italiens et flamands autour de la rhétorique de Cicéron. J’avoue, dis comme ça c’est pas super sexy, et pourtant, c’est très intéressant. Un cours très méta, dans lequel la rhétorique est présentée à la fois en tant qu’objet et moyen d’étude. Ça faisait un moment là aussi que je n’avais pas fait de syntaxe et de linguistique, et c’est plutôt agréable.

Évaluation : il s’agira d’un oral, sur un texte en rapport avec le sujet. L’évaluation sera ainsi faite à la fois sur le fond et la forme, rhétorique oblige.

Question organisation, je vais tacher de m’occuper des évaluations de Renaissance en questions, Patrimoine en questions, Littérature et Civilisation italienne et Croyances et pratiques religieuses avant les vacances de Février. En gros, d’ici trois semaines. Après cela, il ne me restera plus que les autres séminaires, ainsi que le dernier Sciences, savoirs et techniques que j’ai en deuxième partie de semestre, à m’occuper, dans l’idéal avant les vacances d’Avril, afin de pouvoir me consacrer entièrement à mon mémoire ensuite en Avril jusqu’à mi-Mai.

Mes recherches

Mon mémoire justement, parlons-en ! J’ai terminé de faire un premier tri des occurrences dans le Tome 1 des Carnets. Et j’ai décidé de faire une base de données en ligne de ces occurrences, couplée à mon mémoire. Toujours dans cette optique de ne pas faire des recherches dans le vent, et que cela serve à d’autres. Je suis donc en pleine élaboration de tout ça. Chassez le naturel, il revient au galop, mon côté geekette ne me lâchera pas, même dans la recherche universitaire.

J’ai également quelques bouquins sous le coude à lire pour ce semestre (ou plus tard) :

Hermeticism and the Renaissance Intellectual History and the Occult in Early Modern Europe de Ingrid Merkel et Allan G Debus (dir), Associated University Press, 1988 (d’ailleurs si quelqu’un trouve ce bouquin, je suis intéressée pour l’acheter, parce que je le monopolise vraiment à la Bibliothèque du CESR)

L’archéologie du savoir de Michel Foucault, Gallimard, 2014

Le roman de Léonard de Vinci de Dimitri Merejkovski, Le livre de poche, 2014

Léonard de Vinci. Arts, sciences et techniques de Pascal Brioist, La Documentation française, 2011

Etudes sur Léonard de Vinci : ceux qu’il a lus et ceux qui l’ont lu de Pierre Duhem, Archives contemporaines, 1984

Leonardo da Vinci : The marvellous work of nature and man de Martin Kemp, Oxford University Press, 2007

A côté de ça, j’ai aussi des bouquins à lire « pour le plaisir » on va dire, histoire d’ouvrir mon champ de réflexion :

Sciences et pseudo-sciences Regards des sciences humaines de Valéry Rsplus (dir), Editions Matériologiques, 2014

Apparenter la pensée ? Vers une phylogénie des concepts savants de Pascal Charbonnat, Mahé Ben Hamed, Guillaume Lecointre (Dir), Editions Matériologiques, 2014

La science de l’occulte de Rudolf Steiner, Triades, 2009

Approche ésotérique de la connaissance de Henri Laurent, Arma Artis, 2002

Encyclopédie des symboles de Michel Cazenave (dir), Le livre de poche, 2013 (bon là clairement je lis pas le pavé hein, juste pour m’y référer quand j’ai besoin)

Italie

Alors, ça a été la fête aux rebondissements ces deux dernières semaines. Après une visite aux Relations Internationales, j’apprends que finalement, il n’y qu’une place de disponible en échange avec Florence, et donc je dois trouver une autre université, à savoir choisir entre Bologne et Padoue. Après réflexion, je me dis que Bologne a l’air pas mal, et c’est de plus une université réputée, donc va pour Bologne. Et là, coup de théâtre, en fait, ce n’est pas Bologne, mais Ravenne, avec qui nous avons les accords Erasmus. Le campus de Ravenne est un campus décentralisé de l’université de Bologne, je vous laisse regarder sur une carte, c’est pas vraiment à 5 minutes hein, et surtout le choix du cursus est grandement réduit.

Rendez-vous est pris avec le coordinateur Erasmus au CESR, pour essayer de démêler un peu tout ça, et surprise, j’apprends que finalement je peux aller à Florence, via des échanges de places avec les LEA, je vous passe les détails. Cool, finalement je reprends donc mes plans. Oui mais non, enfin peut-être, la convention Erasmus à partir de 2015 oblige l’ensemble des évaluations à avoir lieu dans le pays qui reçoit, cours ET mémoire. Du coup, ça pose quelques soucis d’organisation, et nous en sommes là, à attendre la réponse du directeur du CESR pour prévoir nos deux semestres en Italie.

L’administration et ses rouages… Tu as intérêt à être motivé pour partir mon petit !

Pratiques professionnelles

Je ne savais pas trop où mettre cela, alors une nouvelle partie fait son apparition. Je compte y parler de l’aspect pratique du genre de recherches que je fais, ou du cursus que je suis, être historienne à quoi ça sert ? Tout ça… C’est une question légitime, que beaucoup se posent, vu que je ne soigne pas le cancer ou n’invente pas de nouvelles machines pour améliorer le quotidien. Pas très pragmatique tout ça !

De par mon passé professionnel, et tout simplement mes centres d’intérêt, j’utilise mes compétences et mes connaissances surtout sur la toile. Ainsi, je fais partie du projet Marignan 2015 (même si pour le moment je n’ai pas fait grand chose à vrai dire) qui va permettre de recréer une fête de la Renaissance en Juillet prochain. Et tout l’aspect historico-organisationnel de cet événement est particulièrement intéressant. Clairement, le savoir des historiens est indispensable pour coller au mieux aux fêtes de l’époque.

La formation également est un aspect important d’un historien. Passer son savoir, et amener à réfléchir, à se poser des questions, à utiliser son sens critique. Mon directeur de recherche m’a proposé de participer à un de ses cours « Module professionnel » destiné aux L3 sur l’utilisation d’internet dans le cadre des métiers liés à l’histoire. Une bonne partie de ses L3 se destine probablement à l’enseignement, et par expérience, je sais à quel point la formation à l’utilisation d’internet des futurs profs est très « académique »…

Semaine 16 : Entracte

Publié le

Première semaine de janvier, semaine de partiels, semaine de choix pour le second semestre et réunion avec mon directeur de recherche pour faire le point sur le pré-mémoire rendu avant les vacances de décembre. Une semaine bien remplie donc. Je ne vais pas revenir sur les partiels, commençons sans attendre avec les prémices de ce second semestre.

Mes cours

UE6 : Méthodologie spéciale

– Latin niveau 1

– Renaissance en questions

– Patrimoine en questions

UE7 : Savoirs disciplinaires et patrimoniaux

– Littérature et civilisation italiennes

– Sciences, savoirs et techniques

– Croyances et pratiques religieuses

UE8 : Renforcement

– Philosophie de la Renaissance

– Humanisme

UE9 : Formation par la recherche

– Conférence d’André Vauchez : Les hérétiques au Moyen Age. Suppôts de Satan ou chrétiens dissidents ?

– Colloque : Les femmes entre mysticisme et hérésie dans l’Europe des XIVe et XVIIe siècles

Ce second semestre est donc orienté sciences, croyances, philosophie et Italie, toutes les choses qui se sont dégagées d’elles-même au fur et à mesure de mes recherches, les sujets qui m’intéressent le plus. Comme prévu, j’ai laissé tombé la paléographie, et je continue le Latin que j’aime beaucoup.

Mes recherches

Suite à la réunion avec mon directeur de recherche, j’ai maintenant plus de précisions quant au travail à fournir pour ce second semestre concernant mon mémoire. Mon plan était trop large, et il m’a demandé de me concentrer vraiment sur les écrits de Léonard, chose que j’ai déjà commencé à faire. En fait, mon mémoire va être un inventaire des occurrences liées à l’ésotérisme dans les écrits de Léonard de Vinci. Du coup, ça me parait à la fois plus simple et plus vaste.

J’ai eu tellement d’idées pendant ce premier semestre, je crois que j’ai été un peu trop enthousiaste, et on n’attend de moi seulement un mémoire de 50-60 pages à la fin de cette première année. J’aurai de quoi développer le reste l’année prochaine pour mon mémoire de deuxième année. Donc focus sur les écrits et inventaire, voilà mon programme pour ce second semestre.

Première étape : réfléchir à un système de classification.

Italie

Nouvelle rubrique ce semestre, car l’organisation de mon année à l’étranger commence à se préciser. Il faut que je m’occupe de faire ma demande de bourse Erasmus dans les mois qui viennent, et le voyage à Florence prévu lors des vacances d’hiver va être bien agréable et pratique. J’ai probablement trouvé un logement, que je visiterai à ce moment là, et je pense m’installer à Florence mi Juin, après ma soutenance, afin de profiter des vacances là-bas. Ayant déjà vécu à l’étranger, je sais qu’il faut bien 2 bon mois pour se sentir à l’aise dans le pays, passer l’été en Italie me permettra de n’avoir qu’à gérer le début des cours en septembre, et pas l’acclimatation dans un nouveau lieu.

Sophie et moi allons également reprendre nos sessions hebdomadaires d’italien, je sens que je suis plus à l’aise avec la compréhension écrite, et je sais qu’il va falloir que je passe à l’expression bientôt, là encore, le voyage en mars sera un bon indicatif pour moi.

Semaines 14 et 15 : Recherche et Ecriture

Publié le

Les deux dernières semaines du semestre ont été très remplies, et comme prévu, j’ai réussi à rendre tous mes dossiers en temps et en heure, le dernier envoi ayant été fait le 24 décembre à 19H45 ! J’ai opté pour le pragmatisme : deux jours par dossier, le premier consacré aux recherches, le second à l’écriture. J’ai ainsi alterné durant une bonne semaine les journées pour finalement réussir à rendre toutes mes évaluations.

Ce rythme était certes intense, mais a eu le mérite de m’obliger à écrire, et j’ai bien senti sur les derniers jours que les mots venaient bien plus facilement qu’au départ. Je compte ainsi conserver une certaine habitude d’écriture pour le second semestre en consacrant une journée par semaine à écrire : le matin sur ce carnet et l’après-midi sur mon mémoire. Ecrire ici prend du temps, et très souvent j’en viens à faire des recherches, avoir des idées, au fur et à mesure que la note prend forme.

J’ai beaucoup réfléchi sur mon mémoire, son organisation, les thèmes abordés lors de l’écriture de mon pré-mémoire, j’attends le retour de mon directeur de recherche, et je pourrai en commencer l’écriture tout en poursuivant les dernières recherches nécessaires à certaines parties. J’en parlerai dans une prochaine note, je compte reprendre la forme « Mes cours » et « Mes recherches » une fois la semaine de partiels passée.

Pour les observateurs, vous avez pu vous rendre compte qu’une nouvelle rubrique a fait son apparition, « Publications », contenant certains dossiers que j’ai pu rendre en cette fin de semestre. Tous les écrits de cette catégorie sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International. Pourquoi ce choix ? Parce que je promeus le partage et la collaboration dans tous les pans de ma vie, et la connaissance en fait bien évidemment partie.

Vous pouvez également m’écrire grâce à une nouvelle page « Contact ». Et pendant que j’y suis, je vous rappelle également l’existence de mes profils Facebook, Twitter et Google + où je suis un peu moins formelle qu’ici.

Et je ne peux terminer cette première note de 2015 en vous souhaitant une très bonne nouvelle année, l’argent, l’amour, la réussite, tout ça à vrai dire je m’en fiche un peu – et puis je suis certaine que d’autres s’en chargent pour moi – ce que je vous souhaite c’est de prendre le temps, de vous arrêter, de réfléchir, pour vous découvrir, vous épanouir, vous réaliser…